Association Pierre Chaussin
Présentation
Pierre_chaussin
Activites
Fonds
Programmation_2006
Programmation_2007
Programmation_2008
Programmation_2009
Programmation_2010
Programmation_2011
Programmation 2012
Programmation_2012_septembre à décembre
Programmation 2013
Programmation 2014
Programmation 2015
Programmation 2016
Le mot du président
Actualites
Photos
Photos du festival du cinéma Palestinien
Photos_C_A
Nosferatu_photos
Origine_monde_photos
Photos_djamila
Quelques Photos de Ciné-rencontre
Mediatheque
Revue_presse
Presse consacrée à l'association Pierre Chaussin
C_A

Carte
Les Lip: Extraits critiques

EXTRAITS CRITIQUES

Mondialement réputée pour ses montres, l'entreprise "Lip" connu une nouvelle renommée dans les années 70 suite aux nombreux conflits sociaux opposant les salariés à ses dirigeants. La situation financière s'étant gravement dégradée pendant les années 60, Lip se voit contrainte de déposer le bilan le 17 avril 1973. Les salariés décident alors de s'organiser pour sauver leur emploi et leur entreprise. Pour cela ils s'approprient les moyens de productions et les produits. Parfois à la limite de la clandestinité, ils organisent un véritable système d'autogestion soutenu par une grande partie de la population. C'est finalement après 329 jours de conflit que le travail reprend dans l'entreprise avec plus de 135 salariés à nouveau embauchés, signant au passage une victoire emblématique.


« C'est possible : on fabrique, on vend, on se paie ».

Slogan des LIP

 

« Les Lip vont véroler tout le corps social. Il faut les punir : qu’ils soient chômeurs et qu’ils le restent. »

Valéry Giscard d’Estaing : ministre des finances (1973)

 

« Lip, c’est fini ! »

Pierre Mesmer : 1er ministre (15/10/1973)

 

« Lip, c’est reparti ! ».

Libération (5/10/1976)

 

 Jusqu’à Lip, nous étions dans un capitalisme où l’entreprise était au cœur de l’économie. Après, nous n«ous sommes trouvés dans un capitalisme où la finance et l’intérêt de l’argent ont remplacé l’entreprise. »

Claude Neuschwander

(Les Lip, l’imagination au pouvoir)

 

« Neuschwander a remis Lip en faillite, un point c'est tout."

Michel Rocard (Le Monde 21/03/2007)

CHRISTIAN ROUAUD

 

« Je ne crois pas à l'objectivité, à ce que j'appelle la pensée "micro-trottoir » 

Né en 1948 à Paris, Christian ROUAUD a d’abord été professeur de Lettres, puis responsable de formation audiovisuelle dans l’Education Nationale. Durant cette période, il a réalisé des films pour le système éducatif et participé à différents projets sociaux et culturels, notamment un circuit interne de télévision à la prison de Fresnes et la création de l’Association "Audiovisuel Pour Tous dans l’Education" (APTE), qu’il a présidée pendant 5 ans. Il est également l’auteur d’un roman, "La saldéprof" (Editions Syros, 1983).

« J'ai été professeur de lettres une dizaine d'années, ensuite j'ai fait des formations dans l'audiovisuel pour les profs et des films pour l'Education nationale. J'ai démissionné à 45 ans pour devenir un saltimbanque et faire les films que je désirais faire : envie d'avoir un public plus large, d'être diffusé a la télévision et de traiter les sujets qui m'intéressaient vraiment. Devenu documentariste, je travaille principalement pour la télé - source de financement incontournable - sauf pour 'LIP' qui sort en salle. Ce film se devait d'être un film de cinéma, c'était une histoire cinématographique. » C.R.


Bagad (1994)

Christian Rouaud s’est glissé dans la vie d’un groupe, celui de Locoal-Mendon, et a observé l’évolution des relations entre les musiciens, les moments de découragement ou d’exaltation, toute une dynamique de rapports liés à la préparation d’un concours.

 

Paysan et rebelle, un portrait de Bernard Lambert (2002)

En retraçant la vie de Bernard Lambert, paysan de Loire Atlantique, figure mythique des luttes paysannes dans l’Ouest au cours des années 1970, fondateur du mouvement des « Paysans travailleurs » et père spirituel de José Bové, « Paysan et rebelle » remonte aux sources de la contestation paysanne d’aujourd’hui et parcourt un demi-siècle d’évolution de l’agriculture en France.

 

La Bonne longueur pour les jambes (2003)

C’est l’histoire de Patrick et Nathalie, un couple de « personnes de petite taille », et d’Éric, un autiste dont Patrick est le tuteur depuis 24 ans. Dans notre société « normale » où le geste vers autrui est souvent furtif et chargé de bonne conscience, Patrick et Nathalie présentent l’image dérangeante d’un engagement vital vers l’autre.

 

Dans la Maison Radieuse (2005)

Le Corbusier a construit la « Maison Radieuse » de Rezé, il y a 50 ans, imaginant un habitat collectif qui respecte la vie privée de chacun tout en favorisant les échanges et les contacts. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

 

Les LIP, l’imagination au pouvoir (2007)