Association Pierre Chaussin
Présentation
Pierre_chaussin
Activites
Fonds
Programmation_2006
Programmation_2007
Programmation_2008
Programmation_2009
Programmation_2010
Programmation_2011
Programmation 2012
Programmation_2012_septembre à décembre
Programmation 2013
Programmation 2014
Programmation 2015
Programmation 2016
Le mot du président
Actualites
Photos
Photos du festival du cinéma Palestinien
Photos_C_A
Nosferatu_photos
Origine_monde_photos
Photos_djamila
Quelques Photos de Ciné-rencontre
Mediatheque
Revue_presse
Presse consacrée à l'association Pierre Chaussin
C_A

Carte

LE SEL DE LA MER

 

Titre original : Milh Hadha Al-Bahr

Date de sortie cinéma : 3 septembre 2008 

Durée : 1h45

Réalisé par Annemarie Jacir

Avec Suheir Hammad, Saleh Bakri, Ryad Dias,

Directeur de la photographie Benoît Chamaillard ; Directeur de production Ossama Bawardi   ;

1er assistant réalisateur Enas I. Muthaffar

Film distribué par Pyramide Distribution  

8 nominations : Festival International du Film de Cannes 2008

Une jeune palestinienne élevée à Brooklyn retrouve la terre de ses ancêtres. Le passage par la douane à l’aéroport se passe déjà difficilement. Cette déracinée en quête de ses origines va se retrouver confrontée à de nombreux problèmes, idéologiques ou simplement humains… Sa quête croise celle d’un jeune homme qui lui ne rêve que d’une seule chose, fuir cette région martyrisée

 

« Le Sel de la mer a de toute évidence, été un film difficile à faire. Le tournage sur le terrain, entre Ramallah et le territoire israélien, a été fortement perturbé par le contrôle permanent aux frontières. Certains techniciens n’avaient pas le droit de passer en territoire israélien et à l’inverse, d’autres, comme l’acteur Saleh Bakri ne pouvaient rentrer à Ramallah. Ces conditions difficiles peuvent expliquer certaines maladresses de ce film, tourné dans un climat d’urgence permanente, clairement perceptible à l’écran...

Annemarie Jacir est manifestement animée par une fervente volonté de faire connaître  à travers le cinéma les conditions de vie des réfugiés palestiniens.  Et sa vision est particulièrement alarmante : guettant les traces d’un passé étouffé par soixante ans de conflit, elle capte la violence absurde des barrages et des contrôles intempestifs et se fait témoin de l’impasse - financière, professionnelle, culturelle - dans laquelle se trouve la Cisjordanie, et dont la barrière de séparation apparaît comme le terrible symbole. »

Yolande Rambaldi : (Annuel du cinéma 2009)

 

« Sur ces quelques kilomètres carrés, il s'est tourné tant de mètres de pellicule qu'on croit avoir tout vu des Territoires palestiniens occupés par Israël. C'est la force première du Sel de la mer, premier film d'une cinéaste palestinienne qui a étudié aux Etats-Unis, que de dévoiler une autre Palestine, un autre Israël. Non que la réalité ait changé, c'est le regard qui est neuf. »

Thomas Sotinel (Le Monde 03/09/2008)

ANNEMARIE JACIR


« Le cinéma peut beaucoup en Palestine »


Née en 1974, Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne travaille dans la production indépendante depuis 1994. Elle a écrit, réalisé et produit une douzaine de courts-métrages dont A post Oslo history (1998), The satellite shooters (2001) et Like twenty impossibles(2003). Elle travaille aussi en tant que chef monteuse, cadreuse et enseigne le cinéma. Le Sel de la mer est son premier long-métrage. Annemarie Jacir vit à Ramallah et écrit actuellement son prochain film When I saw you.

« Le cinéma peut beaucoup en Palestine. De plein de manières. Il y a tant d’histoires, tant de choses… Nous avons été réduits à l’invisibilité toutes nos vies, peu de gens le savent, tant de choses ont été interdites, nos livres, nos voies ont été tués dans les années 1970, 1980, nos écrivains, tous nos artistes ont été assassinés… alors, il y a ce silence imposé qui a duré et qui dure encore, et le cinéma est juste un moyen différent de s’exprimer. Chaque film palestinien qui se tourne est un miracle selon moi. » Annemarie Jacir