Sénégal_Web documentaire

Quelles circonstances vous ont amenée à filmer ce voyage solidaire au Sénégal?


Tout a commencé par ma rencontre en avril 2013 avec Nadine Diop au Sénégal alors que je tournais un documentaire sur une association sportive à Nianing. Nadine qui vit dans la région depuis plus de 20 ans, m’a parlé de son association Tche Kanam qui construit et équipe des écoles maternelles au Sénégal, des actions qu’elle mène auprès des mamans de ces écoles et des voyages solidaires au féminin qu’elle organise avec sa collègue Binta Diouf et leur agence de voyage Afrika Touki. On s’est tout de suite très bien entendu parce qu’on partage des valeurs communes sur une certaine forme d’engagement, de féminisme et sur un amour commun pour le Sénégal. Nadine m’a expliqué que son prochain voyage au féminin avait lieu en décembre 2013 et qu’elle cherchait une vidéaste pour en réaliser le témoignage… j’ai dit oui tout de suite!


Les voyageuses françaises, membres ou retraitées de la CCAS, ont rencontré et partagé le quotidien des femmes sénégalaises. Qu’est ce qui a pu être mis en place pendant le voyage et après pour soutenir les femmes sénégalaises dans leurs activités?

La première des actions des voyageuses de la CCAS concernait les écoles maternelles de l’association Tche Kanam dont les «ambassadrices» sont Dibor, animatrice dans une première école et Thérèse, directrice d’une deuxième école. Les voyageuses leur ont apporté du matériel scolaire (crayons, cahiers…). Ensuite les voyageuses ont récolté des fonds en amont de leur voyage, afin de financer la visite médicale annuelle dans la plus grande école maternelle de Tche Kanam (située dans un quartier défavorisé de M’Bour). Les voyageuses ont aidé la pédiatre Germaine – une autre femme sénégalaise du webdoc – à organiser cette visite médicale pendant leur voyage. Une autre action initiée par Nadine: les paquets naissances: des habits pour les nouveaux nés de 0 à 3 ans récoltés par les voyageuses afin de confectionner sur place des paquets naissances distribués aux mamans de la maternité du village de Nianing.

  

Web documentaire ?

Qu’est-ce que ce documentaire a changé dans leurs vies?


Je crois tout d’abord que le webdoc leur a permis d’être écoutées et reconnues. Les voyageuses qui participent aux éditions suivantes du voyage les ont vues dans le webdoc et ont été sensibilisées à leurs activités. à chaque nouveau voyage, elles souhaitent connaître et aider ces femmes qu'elles ont vues sur internet. De plus, le webdoc fait connaitre leur action au-delà des frontières du pays. Aida et Aminata par exemple – directrices d'un centre de couture pour jeunes filles déscolarisées à Nianing – se sont vu contacter par une entreprise qui développe la production de couches lavables au Sénégal. C'est un vrai soutien et une opportunité de développement de leur activité.


Quelles sont les rencontres qui vous ont le plus marquée?

Dans l’une des rencontres, on parle de séduction. Les voyageuses ont rencontré Fatou qui fabrique le Tchouraï (encens). Elle a initié les Françaises à l’art de la séduction à la Sénégalaise! Il y a eu beaucoup de connivences pendant la rencontre mais les voyageuses étaient aussi très surprises de la liberté de parole et de ton des femmes sénégalaises à ce sujet. Elles les ont découvertes «coquettes et coquines» qu’elles-mêmes pour reprendre leurs mots. Les voyageuses ont appris quelques petites choses en la matière ce jour-là et elles ne s’y attendaient pas!

(.)


Le documentaire a été diffusé en mars 2015 à l’occasion de la Journée de la femme. Quel a été son cheminement depuis?

Nous avons organisé plus de 50 projections en France et au Sénégal réunissant 3000 spectateurs. Le webdoc a fait l’objet d’une projection spéciale au Forum Social Mondial à Tunis en mars 2015 et a remporté le premier prix au Festival de documentaires de voyages Le Grand Bivouac à Alberville en octobre 2015. Notre objectif aujourd’hui est de réaliser une première tournée de projections au Sénégal. Nous commencerons par la région de Thiès, en janvier 2017. Nous sommes d’ailleurs en recherche de soutiens financiers pour clôturer notre budget. Nous allons lancer une campagne de crowdfunding prochainement. (…)

Propos de la réalisatrice

Entretien de Laurène Renoux pour Amina magazine