Tant qu'il y aura des oliviers
Association Pierre Chaussin
Présentation
Pierre_chaussin
Activites
Fonds
Programmation_2006
Programmation_2007
Programmation_2008
Programmation_2009
Programmation_2010
Programmation_2011
Programmation 2012
Programmation_2012_septembre à décembre
Programmation 2013
Programmation 2014
Programmation 2015
Programmation 2016
Le mot du président
Actualites
Photos
Photos du festival du cinéma Palestinien
Photos_C_A
Nosferatu_photos
Origine_monde_photos
Photos_djamila
Quelques Photos de Ciné-rencontre
Mediatheque
Revue_presse
Presse consacrée à l'association Pierre Chaussin
C_A

Carte

LES ENFANTS D’ARNA 

Documentaire de Juliano Mer-Khamis : 2003 ; 1 h 24

Meilleur documentaire de long-métrage Tribeca Film Festival USA
FIPRESCI Meilleur premier film documentaire Hot Docs Film festival Canada
Meilleur premier film documentaire One World film festival République tchèque
The Dutch Academy Award pour le meilleur documentaire de 2004

Youssef a commis un attentat-suicide en 2001. Ashraf a été abattu par l’armée israélienne en 2002. Alla commandait un groupe de combattants résistants jusqu¿à sa mort, en 2003. Enfants, ils étaient les acteurs prometteurs de la troupe théâtrale que Juliano Mer Khamis, le réalisateur, avait fondée avec sa mère Arna dans les années 1980, dans le camp de réfugiés de Jenine. Il avait alors tourné les répétitions et les représentations. Il est retourné à Jenine en avril 2002, pour voir ce qu’étaient devenus les enfants qu'il y avait connus.

« Ce film âpre, violent, sans concession, est un témoignage absolument unique. Rarement on aura filmé d'aussi près, et avec une telle force, le désespoir et les mécaniques de violence qui rongent la société palestinienne et poussent une génération au suicide. L'histoire du film, qui est aussi celle du réalisateur, commence pourtant de façon assez classique par une expérience de théâtre, comme il en existe beaucoup en Palestine, auprès d'un groupe de jeunes du camp de Jenine. Arna, la mère du réalisateur, ancienne militante communiste mariée à un Palestinien de Nazareth, est une " mama " extraordinaire. Une militante juive peu banale qui porte le keffieh, le couvre-chef palestinien, et qui recevra en Suède le prix Nobel alternatif pour son action associative. »
Thierry Leclère (Télérama.fr)

« J’espère former une génération qui saura dire non, qui saura hausser la voix contre les discriminations, contre la violence. L’esprit est déjà là, il a pris racine, il ne peut que grandir. Personne ne pourra l’arrêter.»

Tant qu'il y aura des oliviers