Pater_Extraits Critiques
Association Pierre Chaussin
Présentation
Pierre_chaussin
Activites
Fonds
Programmation_2006
Programmation_2007
Programmation_2008
Programmation_2009
Programmation_2010
Programmation_2011
Programmation 2012
Programmation_2012_septembre à décembre
Programmation 2013
Programmation 2014
Programmation 2015
Programmation 2016
Le mot du président
Actualites
Photos
Photos du festival du cinéma Palestinien
Photos_C_A
Nosferatu_photos
Origine_monde_photos
Photos_djamila
Quelques Photos de Ciné-rencontre
Mediatheque
Revue_presse
Presse consacrée à l'association Pierre Chaussin
C_A

Carte

Synopsis


 Pendant un an  ils se sont vus et ils se sont filmés. Le cinéaste et le comédien, le président et son 1er ministre, Alain Cavalier et Vincent Lindon. Dans "Pater", vous les verrez à la fois dans la vie et dans une fiction qu’ils ont inventée ensemble.

_____________________________________________________

Note d’intention d’Alain Cavalier rédigée sous forme de dix commandements. (Extraits)


Pater 1
Dieu le père, d'abord.
Enseigné au pensionnat religieux.
Par des prêtres que j'appelais : "Mon père".

Mon père biologique.
Dans mon adolescence,
Je le regarde exercer son pouvoir
Sur sa femme, sur mon frère et moi,
Sur ceux qui travaillent à ses ordres.

Pater 2

Mon père meurt.
Sans une vraie réconciliation entre nous deux.
Je l'ai entendu plusieurs fois crier :
- J'aurais pu être Président de la République !

J'ai respecté son courage d'aveugle, de paralysé.

Pater 3

Je rencontre un homme que j'estime.
Vincent Lindon, comédien.
Il m'attire.
Mais je ne veux pas reprendre

mon ancien métier de directeur d'acteurs...

J'ai une certitude : c'est mon fils.
Je suis son père.
J'accepte mon père et moi, enfin réunis.

Pater 9

Pour le film,
Les emprunts sont faits
à un grand nombre de politiques
de tous les temps.
Il n'y a aucun modèle précis.
Aucune représentation du pouvoir
comme au journal télévisé
comme dans les documentaires
comme dans les films et téléfilms.
Seulement deux êtres humains,
Lindon et Cavalier
Qui "imaginent" la volonté de puissance
et la proposent à un troisième :
le spectateur.

Pater 10

Ce film est au plus près
de Vincent Lindon et d'Alain Cavalier.
Sa vitalité à lui,
sa curiosité,
son humour.
Mon passé à moi,
mon ironie devant l'avenir,
ma confiance dans le cinéma.

Diplômé du département réalisation de l'IDHEC, il est assistant de Louis Malle (Ascenseur pour l'échafaud, Les amants) puis d'Edouard Molinaro en 1958. La même année, il écrit le scénario d'un court métrage tourné par Jean-Paul Rappeneau Chronique provinciale puis réalise son premier court métrage Un américain.

Dans ses deux premiers films, Le combat dans l'île (1961) et L'insoumis (1964), il s'inspire de l'actualité (la guerre d'Algérie) pour cerner une réalité contemporaine.  Le Combat dans l’ïle, censuré parce qu’il fait allusion aux violences de l’OAS, attendra son visa pendant un an.

 

L'échec commercial le conduit à rechercher le succès avec un cinéma plus "commercial ». Le policier Mise à sac (1967) ou l'adaptation du roman de Françoise Sagan, La chamade (1968), malgré la présence de Catherine Deneuve et  de Michel Piccoli, ne parviennent pas à hausser Alain Cavalier au rang des réalisateurs recherchés par les producteurs.

Après une interruption de sept ans,, il réussit à renouveler son œuvre avec des films à petits budgets mais où s’exprime l’originalité de sa personnalité et de son écriture (Le plein de super, 1975 et Martin et Léa, 1977..

Avec Ce répondeur ne prend pas de messages, 1978, il aborde avec ce film radical un cinéma quasi expérimental où il  évoque l’histoire d’un enfermement, le sien, suite à un drame personnel ( la mort de sa compagne).

En 1980,  avec Un étrange voyage, prix Delluc, il filme sa fille Camille de Casabianca à la recherche avec son père (joué par Jean Rochefort) d’une femme disparue entre Troyes et Paris. 

 En 1986, Thérèse, évocation dépouillée de sainte Thérèse de Lisieux, Alain Cavalier rencontre un succès  public et critique mérité qui lui vaut le prix du jury à Cannes en 1986 et six Césars.  En 1993,  retour à un cinéma ambitieux, avec Libera me, succession de plans sans paroles et sans musique. Le film n'est pas compris, c'est un échec.

Parallèlement,  avec Vies, (2000) il se lance dans une série de vingt-quatre portraits de femmes exerçant à Paris des métiers en voie de disparition (matelassière, cordonnière...). Cavalier tourne désormais seul grâce à la caméra DV  Il dit ne plus être un cinéaste, mais un « filmeur». En 2002, il mêle fiction et réalité dans René, où l'un de ses amis, comédien de 155 kilos, s'engage à perdre du poids. En 2004 sort Le Filmeur, journal intime filmé en vidéo sur plus de dix ans En 2009, il tente à travers son film Irène de faire revivre son ancienne compagne, disparue en 1972.

Alain CAVALIER

« Il y a quelque chose de totalement instinctif dans mon travail. Je fais des films parce qu'il y a des images que j'ai envie de tourner. »